En Quête De Couleur Locale – Chez Nous, “Le Meilleur Ami De l’Homme” Est Souvent In Souffre-Douleur

souffre-douleur_020217Coiffée d’un chapeau de paille à larges bords, et vêtue d’une ample robe graisseuse qui, dans le temps, a dû être bleue, la volumineuse Madame Frazilus s’active à préparer des fritures et grillots (viande de porc frite) en pleine rue, à Kenscoff la fraîche.

Attiré par l’odeur alléchante et piquante de la viande, un chien jaune aux côtes apparentes erre aux alentours. Visiblement, il guette la moindre inattention de la corpulente marchande de “fritay” (fritures), pour lui chiper un bout de grillot. Cependant, Boss Frazi, le dévoué concubin de la commerçante, monte la garde assidûment et férocement.

Accroupi non loin du grand chaudron dans lequel grésille une huile chaude, cet intraitable vigile lance de temps à autre une pierre vers le pauvre animal qui, atteint avec force, s’enfuit en hurlant de douleur. Mais il n’empêche que, moins d’une minute plus tard, il revient à la charge.

Vous n’avez pas honte ? demande une “villégiaturiste” qui se balade par-là. Vous prenez plaisir à maltraiter un chien inoffensif qui ne vous a rien fait.
Le sang de Madame Frazilus ne fait qu’un tour. Avec fracas, elle s’extirpe de sa petite chaise branlante, et se met debout, pour “correspondre” arrogamment avec cette vacancière qui, bien emmitouflée dans un luxueux chandail rose, “se mêle de ce qui ne la regarde pas “.

Vous aimeriez sans doute, dit-elle aigrement, que ce Monsieur laisse cette bête dégoûtante emporter tous mes grillots.

La question n’est pas là, réplique la promeneuse sur un ton agressif, ce Monsieur peut fort bien maintenir le chien à distance, sans lui faire aucun mal.

Chère Madame, occupez-vous de vos propres affaires. Ce chien est une véritable nuisance. Se pa rou ki pou montre’n kouman pou’n trete’l.

En ce cas, je n’ai plus rien à ajouter. Au revoir.

Se rendant compte qu’elle a affaire à des gens butés, auxquels elle ne pourra jamais faire entendre raison, la villégiaturiste moralisatrice décampe immédiatement, sans demander son reste.

Profitant de ce début d’esclandre, l’impénitent clébard rapplique au plus vite, avec la gueule pleine d’une abondante bave provoquée par le fumet des grillots.

Sans accorder la moindre importance à la verte remontrance qu’il vient d’essuyer, et convaicu qu’il n’a d’ordre à recevoir de quiconque, sauf des autorités établies dans son patelin, Boss Frazi vise l’une des pattes de l’animal, et avec toute la vigueur de son bras musclé de cultivateur, il lance une pierre plus grosse que les précédentes.

La patte postérieure gauche du chien se casse net.

Poussant des gémissements saccadés à fendre le coeur, la bête estropiée détale sur ses trois pattes valides, en sautant et en traînant après elle le poids torturant, lancinant, et intolérable de sa patte fracturée.

Se bon pou rou ! s’exclame l’impitoyable marchande de “fritay”. C. D.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s